Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

drogues.jpgSelon les fuites diplomatiques révélées par Wikileaks et publiées dimanche 26 décembre 2010 par le quotidien espagnol El Pais, l'agence anti-drogue des Etats-Unis, la DEA, s'inquiète de l'emprise grandissante des narcotrafiquants sud-américains sur certains Etats de l'Afrique de l'Ouest. La région est utilisée par les narcos comme escale dans le transport international de la cocaïne.

Dans leurs notes confidentielles, les diplomates américains n'y vont pas par quatre chemins. La Guinée-Bissau est selon eux devenu le premier narco-Etat émergent en Afrique. Certes l'information n'est pas surprenante mais on peut voir au travers des notes révélées par Wikileaks l'inquiétude grandissante de Washington quant à une déstabilisation de l'Afrique de l'Ouest. Bissau est d'ores et déjà perdu, semblent considérer les diplomates puisque le pays est pour eux «aux mains d'organisations criminelles opportunistes et sophistiquées».

A Conakry aussi le pouvoir est impliqué. Les notes révèlent que Lansana Kouyaté, alors Premier ministre, aurait reconnu en 2008 devant l'ambassadeur des Etats-Unis qu'Ousmane Conté, fils du président Lansana Conté était le principal trafiquant du pays. Depuis 2009 Ousmane Conté est en résidence surveillée dans l'attente de son procès pour trafic de drogue. Plus surprenant, le Ghana est lui aussi considéré comme un pays à risque puisque, selon les diplomates américains, les responsables de l'agence anti-drogue connaissent les numéro de téléphone des principaux trafiquants !

En revanche, toujours selon la diplomatie américaine, la Sierra Léone et le Libéria se défendent comme ils le peuvent, face aux narcos sud-américains.

Source: http://www.rfi.fr/afrique/20101228-afrique-occidentale-mains-narcotrafiquants-selon-agence-antidrogue-americaine

Tag(s) : #Afrique de l'Ouest